Pilotage, tout dans le poignet

Naviguer sur le Web, c'est suivre des chemins fait de liens hypertexte, tantôt en marche avant, tantôt en marche arrière; les choix Page précédente et Page suivante dans le menu et les boutons correspondants, qu'on trouve dans tous les navigateurs, sont l'essence même de la navigation.
Comme j'ai eu l'occasion de l'écrire précédemment, si cette navigation est sous-tendue par une démarche de recherche, l'utilisation des onglets apporte un réel confort, et elle peut être même être optimisée. Mais ces deux actions sont les seules commandes qui permettent le déplacement sur la toile.

En observant autour de moi diverses personnes utilisant chacune son navigateur favori, j'ai pu constater que chacun à ses habitudes pour faire Page précédente, Page suivante.

  • il y a ceux qui cliquent sur les boutons Page précédente et Page suivante destinés à activer l'action souhaitée,
  • il y a ceux qui utilisent le ClicDroit pour faire apparaitre un sous-menu contextuel dans lequel ils activent les liens de navigation Page précédente ou Page suivante,
  • j'ai même vu une fois quelqu'un aller chercher ces 2 choix dans le menu Historique de la barre de menu principale (juste au dessus des boutons) !

Utilisateur d'Opera depuis la version 5 (en 2001, mon PC principal était encore sous Windows, Linux ne l'ayant totalement remplacé qu'avec la version 8.04 d'Ubuntu), j'y avait découvert les Mouse Gestures, ces petits mouvements de la souris qui sont interprétés comme des commandes, différenciées par le tracé du geste.

Séduit par la possibilité que cela me donnait d'agir sans avoir à chercher le pointeur des yeux, je suis devenu un fan de cette technique que je sous-emploie pourtant terriblement puisque je ne m'en sert que pour ces deux actions : Page précédente et Page suivante.

Lors de la sortie de Firefox 2, j'ai longtemps hésité entre les deux navigateurs, et ils cohabitaient sagement sur mon bureau. Je ne pouvais pas me passer de ce petit plus que m'offrait Opera[1].

Mais le cortège d'extensions qui s'en formé autour de Firefox à fini par lui permettre de mimer le comportement de ses principaux concurrents, offrant à tous ses utilisateurs la possibilité de se composer un navigateur quasiment sur mesure. Cette caractéristique d'extrême configurabilité est d'ailleurs certainement une des clés de son succès.

Plusieurs extensions existent pour doter Firefox de la capacité d'interpréter les mouvements de souris. Après en avoir testé plusieurs, mon choix c'est arrêté sur FireGestures.

Si vous ne connaissez pas cette petite facilité, faites un essai pendant quelques temps. Une fois le geste appris et le réflexe installé (et ce n'est pas bien compliqué ni bien long), vous vous surprendrez peut-être à tenter ces petits coups de poignet avec votre gestionnaire de fichiers ou avec l'afficheur de PDF ... et, comme moi, vous pesterez de voir que c'est sans effet.
Chercher le curseur pour cliquer sur un bouton ou lâcher la souris pour utiliser le clavier vous semblera être une régression ergonomique.

Les vraies améliorations sont celles qui se font oublier et dont on ne remarque que l'absence. Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à en faire état dans les commentaires.

Notes

[1] Et de quelques autres qualités que n'avait pas encore acquit Firefox, Opera ayant toujours été très innovant.

Publié le vendredi 31 juillet 2009 par Christophe Catarina

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://catarina.fr/index.php?trackback/10

Fil des commentaires de cette page