Petit mais costaud

L'un des avantages que je trouve à l'utilisation des logiciels libres, c'est qu'ils s'améliorent avec le temps. Je veux dire par là qu'ils utilisent de moins en moins de ressources pour faire la même chose de mieux en mieux, et qu'il ne réclament davantage d'espace ou de puissance que pour rendre des services nouveaux, services qu'ils n'obligent personne à mettre en place et à utiliser. On trouve ainsi de nombreux PC vieillissants, faisant leur travail avec régularité et constance depuis plusieurs années, à peine dérangés par les mises à jours de sécurité.

Cela ne peut pas exister dans le monde des logiciels propriétaires, marché où constructeurs, fournisseurs et éditeur ont un intérêt commun au renouvellement rapide des équipements et des services associés. On a d'ailleurs longtemps soupçonné une collusion au sein du couple WinTel pour accélérer l'obsolescence des matériels et "pousser à la consommation" en rendant l'augmentation de puissance obligatoire, quitte à utiliser le gaspillage comme facteur multiplicateur de ce pseudo besoin.

Ainsi, lorsque je suis confronté au problème de renouvellement d'un PC, j'ai tendance à cherche une solution qui soit à la fois compatible avec Linux et bon marché. En effet, ces deux critères vont souvent de pair; les matériels derniers cri, les plus chers, étant souvent ceux qui posent le plus de problèmes à Linux. La solution consiste le plus souvent à assembler un PC avec la génération de matériel dont le prix vient juste de chuter pour laisser la place aux nouveautés. J'obtiens ainsi généralement un PC qui aurait été au top l'année précédente, mais vendu à un prix digne des soldes.

Tout cela pour dire que je fréquente rarement le rayon des nouveautés des grandes surfaces ou des enseignes spécialisées. Mais j'ai pourtant fait une exception, et je ne le regrette vraiment pas.

Depuis plus d'un an maintenant, le netbook est LE produit qui monte. J'en ai manipulé plusieurs, et très récemment j'ai pu en tester un doté de la dernière Ubuntu Netbook Remix. Le constat, selon mes seuls critères, est mitigé; si les performances de ces machines sont plus que largement suffisantes pour tous les usages que j'aurais d'un portable en mobilité, la taille de l'écran et surtout celle du clavier me les rendent aussi peu sympathique qu'un smartphone.

Aussi, lorsque j'ai vu qu'une gamme de machines à bas coût dénommées NetTop venait d'apparaitre dans le créneau des couteux PC Barebones, j'ai flairé une solution originale pour remplacer une tour vieillissante, bruyante et énergivore. L'offre des NetTop est encore peu étendue et peu variée; on discerne deux profils de machines. Les premières à être sorties sont équipées d'un processeur Intel Atom simple cœur et sont toutes livrées avec un Windows[1] pré-installé. Plus récemment, des machines sont apparues avec un Atom double cœur et un chipset graphique que nVidia à créé spécialement, le ION, dont les performances auraient été qualifiées d'époustouflantes il y a à peine 18 mois. Le plus beau étant que certaines de ces petites machines sont vendue nues et crues, c'est à dire sans OS, et même, pour celle que j'ai choisie, sans disque dur et sans mémoire !

Car j'ai craqué ! Je me suis offert chez Surcouf (où il est aussi appelé FunTwist Fiono 330) un petit boitier noir répondant au doux nom de Giada Cube N3 pour la modique somme de 169,90 €. Le voici en photo (celle ci, tirée du manuel d'installation, le montre en boitier blanc, le mien est noir) :

Giada Cube N3

Quelles sont les caractéristiques de ce petit PC ? Voilà l'essentiel :

  • Processeur Intel® Atom™ 330 1,60 GHz, double coeur, double thread
  • Chipset et circuit graphique NVIDIA® Ion™, Connectique HDMI et DVI
  • Slot mémoire pour 1 barrette SO-DIMM DDR2 en PC5300 (4Go maxi)
  • Emplacement pour 1 disque dur 2,5" S-ATA/II (Capacité maxi 500 Go)
  • Carte LAN Gigabit 1000/100/10 Mbps
  • Réseau WiFi 802.11 b/g (antenne à visser fournie)
  • Audio 7.1 sur sortie numérique optique S/PDIF et via la prise HDMI
  • Lecteur de cartes multi-formats (SD/SDHC/MMC)
  • I/O : 1 entrée micro jack, 1 sortie casque jack, 5 ports USB, 1 e-SATA

Faisons un rapide tour de ce qu'on trouve dans la boite lors du déballage :

  • le PC lui-même (dimensions 194 x 136 x 60 mm, poids 800 g)
  • l'alimentation 12V 5A
  • 1 adaptateur DVI > VGA
  • les manuels d'installation et d'utilisation (en francais)
  • une clé Allen (6 pans) pour ouvrir le boitier et monter les pieds

Quant aux prises pour les raccordements divers, on est plutôt bien servi, jugez en :

Giada Cube N3, connectique face arrière

Giada Cube N3, connectique dessus

Il m'a suffit de rajouter :

  • une barrette de mémoire SO-DIMM de 2 Go récupérée sur un portable (une barrette de marque Corsair ne coute que 42,90 € si j'avais dû l'acheter)
  • un disque dur 2 pouces et demi SATA de 160 Go (le moins cher que j'ai trouvé : 35,49 € pour un Western Digital "Scorpio Blue" 5400 tr/mn, 16 Mode cache)

J'ai branché un clavier, une souris et mon écran; et la suite des aventures fera l'objet d'un dossier qui reliera tous les billets futurs portant sur cette machine.

Il me faudra bien ça pour raconter toutes les (bonnes) surprises que me réservait ce petit boitier, et pour expliquer toutes les choses qui sont possibles et tous les tests qu'on a réalisé (je ne suis plus seul à jouer avec cette petite machine, d'autres commencent à m'imiter).

A suivre ...

Note

[1] Avant l'arrivée de Windows Seven, les conditions de Microsoft pour équiper ces machines de licences Windows XP imposaient de limiter la RAM à 1 Go et le processeur à un seul cœur.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://catarina.fr/index.php?trackback/35

Fil des commentaires de ce billet