Que va faire Free de sa licence ?

La quatrième licence 3G est officiellement à vendre, Free (iliad) est officiellement candidat à son acquisition et a promis, s'il l'obtient, de venir jouer les agitateurs dans un trio déjà condamné pour entente (sur le dos des consommateurs, évidement).

On voit donc fleurir un peu partout des articles sur ce que Free va faire de cette licence et sur le comment il pourrait se démarquer des concurrents déjà en place pour se faire la sienne. Les déclarations des uns et des autres font penser au jeu "Info ou Intox ?"; mais la virulence de certaines attaques qu'on dirait orchestrées[1] montre que le doute qui entoure cette possible arrivée sur le marché est générateur de craintes.

Que va faire Free de sa licence ? Proposer des forfaits téléphone (en durée), SMS (en nombre) et internet (en volume) similaires à ceux des autres opérateurs ? Passer des accords pour diffuser certains contenus (mais pas les autres) ? Il lui faudrait alors se battre uniquement sur le prix ou les contenus, ce ne serait pas la chose la plus simple.

Les techniciens de Free sont créatifs; ils l'ont prouvé en innovant régulièrement, et en entrainant derrière eux une concurrence condamnée, la aussi, à les suivre. Je suis persuadé qu'ils ont trouvé une idée pour changer un peu la règle du jeu et ainsi disposer d'un avantage au lieu de subir un handicap.

Qu'on se rappelle comment Free s'est fait sa place de FAI : en ne vendant, sous forme forfaitaire, qu'un simple raccordement illimité, en durée et en volume. un point, c'est tout. Le reste (téléphone, télévision, etc.) était offert peu à peu, sans supplément de prix, mais sans garantie; seul l'abonnement à Internet était facturé. Serait-il possible de réitérer le même coup en vendant un produit radicalement différent des autres ?

Et si Free se contentait de laisser ses clients définir les usages plutôt que de les leur imposer en jouant sur la neutralité du transporteur. Actuellement, la quasi totalité des smartphones savent faire du bluetooth et du WiFi en plus des bandes GSM. Ils peuvent aussi servir de clé 3G, même s'il faut parfois surmonter certains obstacles qu'on dirait volontairement mis en place. Ils pourraient alors être considérés avant tout, voire exclusivement, comme des objets mobiles d'accès à Internet, utilisant le moyen le plus économique pour être connecté de façon permanente : le Wifi de la Freebox du domicile, celui du réseau Freephonie ou du FreeWiFi, le réseau GSM de la quatrième licence n'intervenant qu'en dernier lieu.

Une fois connecté par l'un de ces réseaux, pourquoi changer la tarification des usages qui est celle liée au PC, fixe ou portable ? Avec lui aussi on peut téléphoner, regarder la télévision, l'enregistrer, etc. Et pourquoi interdire l'usage du mobile en tant que clé 3G quand seul ce réseau est disponible ?

J'ai dans l'idée que le FreeMobile sera un tactile (parce que c'est dans l'air du temps) tournant sous Android (parce qu'il sera moins couteux, y compris pour les logiciels maisons à installer dessus) capable de choisir le réseau le plus économique (pour Free) qui lui permette une connexion Internet illimitée. Une fois connecté, des applications mise à disposition pour la VOIP et d'autres usages passeront par les réseaux de Free.

Je prévois une sorte de mélange entre Skype et Google Voice qui profite de la même tarification que l'actuelle offre de téléphonie de Free; gratuit et illimité vers les fixes et plein de pays et même sur les portables aux USA et au Canada. Et entre deux FreeMobiles aussi : gratuit et illimité. Et le bouquet de chaînes TV aussi : gratuit et illimité (si vous êtres en WiFi). Tout ça pour un prix forfaitaire venant en plus de l'abonnement ADSL (ou FTTH pour les chanceux) et qui ne se rapporte qu'à la connexion du FreeMobile à Internet.

Voilà un modèle innovant, différent, qui change les règles du jeux et qui, pour cela, peux gagner. En attendant que la concurrence abandonne ses rentes et en vienne à fournir un service plus ou moins équivalent. Comme le nombre d'abonné non-dégroupés qui baisse régulièrement, parce qu'il est difficile de faire payer les communications à la durée quand on fait déjà payer la ligne, les gens qui achèteront des forfaits de temps de parole se feront rare, remplacés par ceux qui auront juste payé un forfait pour être connectés en mobilité et de façon permanente.

Il est possible que je fasse fausse route, que ce que j'attends comme produit pour moi ne soit pas un modèle économique viable. Mais je crois que l'occasion est trop belle pour eux d'innover encore une fois dans un domaine où rien n'a changé depuis trop longtemps. J'en ai rêvé, que Free le fasse !

Notes

[1] A tel point qu'on parle de campagne TSF : Tout Sauf Free

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://catarina.fr/index.php?trackback/25

Fil des commentaires de ce billet