Trier le vrac pour trouver des perles

Au hasard des informations qui tombent dans mon agrégateur comme les dépêches sur un Télex de l'AFP[1], la lecture d'un billet de la catégorie "En vrac" venant du Standblog de Tristan NITOT fait toujours office de plat de résistance.

Le coté inventaire à la Prévert qui en justifie le titre forme le point de départ d'une promenade variée, où l'intérêt se mêle à la détente, et où les coups de sang côtoient les éclats de rires. Les liens y sont en général présentés d'une simple phrase, sans déflorer la teneur de la source, incitant plutôt à aller soi-même s'y plonger.

Dans le dernier "En vrac", j'ai donc trouvé l'information suivante :

C'est vraiment une seconde nature chez eux : Microsoft dénigre Linux pour mieux vendre Windows 7.

Quel énième coup bas l'arbitre a-t-il omis de siffler ?

Résumons.
L'information vient d'un employé de Best Buy (une chaine de magasins de distribution), qui à révélé le matériel pédagogique aimablement fournit par Microsoft pour aider à la formation de ceux qui auront à informer objectivement les clients potentiels sur son prochain système : Windows 7. Rien de répréhensible dans l'esprit; former des conseillers ne pouvant qu'améliorer la qualité de leurs conseils.
Hélas, la réalité découverte (et révélée) par ce vendeur est toute autre.

Avec une maitrise sans faille du FUD, Microsoft s'en prend à un ennemi qu'il désigne lui même : Linux.
Au gré des images écrans qu'on peux voir sur le blog de cet employé, j'ai ainsi appris, pèle-mêle :

  • que Linux n'est pas plus sûr que Windows (mais la faille critique dévoilée aujourd'hui sur Vista ne sera corrigée, au mieux, que dans un mois; c'est benêt),
  • que l'utilisateur de Linux est laissé sans aide ni tutoriels (les nombreuses communautés d'utilisateurs apprécieront ...),
  • que Windows 7 est compatible avec tous les périphériques comme les imprimantes, les APN, les webcam, etc. (ceux qui ont délaissé Vista pour ne pas tout devoir changer n'attendent que ça ... et croisent les doigts)

Bref, une splendide collection d'appeaux à trolls, à faire pâlir d'envie bien des chasseurs !

Il y a 4 siècles, le philosophe Francis BACON disait : "Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose." Cette citation, encadrée, doit orner l'un des murs du service marketing de Redmond.

Dans ce florilège d'âneries, la plus belle à mon goût reste l'argument de la "Same Great Experience". qui dit, en substance :

  • "Windows 7 c'est mieux, mais c'est toujours un Windows."

Autrement dit : "Vous devez changer de produit car on vous dis que c'est mieux, mais n'ayez pas peur, la nouvelle version vous rappellera l'ancienne".

Voilà qui ressemble furieusement à la justification économique du cycle des versions pour les produits propriétaires, moins déterminés par les besoins fonctionnels des utilisateurs que par les besoins de trésoreries de l'éditeur. Cette fuite en avant exclusivement marchande est d'ailleurs une aberration combattue par les défenseurs des logiciels libres, dont Tristan NITOT fait indubitablement partie.

Voilà, il était temps que l'actualité me donne un prétexte pour accueillir dignement le Standblog dans mes Saines Lectures; c'est chose faite.

Notes

[1] J'ai parfois de la peine à réaliser la vitesse à laquelle les choses changent. Quiconque se souvient d'un journal télévisé des années 90, il y a à peine 20 ans, a en mémoire la phrase : "Je reçois à l'instant un télex de l'AFP ...", avec le petit papier glissé plus ou moins discrètement au présentateur, "... qui dit, je cite, ..." et l'on découvre une information envoyée du bout du monde par un reporter et relayée, après vérification, par l'agence de presse. Le mot "Télex" est resté dans la langue, avec un sens proche de "télégramme", mais qui se rappelle de l'appareil qui porte ce nom et qui trône encore dans bien des salles de rédactions de par le monde ?

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://catarina.fr/index.php?trackback/24

Fil des commentaires de ce billet